Écrivains et fanfictions : la grande déchirure

Vous vous souvenez quand j’ai dit que les fanfictions sont généralement tolérées par les créateurs ? Le fait est qu’il y a une exception majeure à cela : les auteurs de romans, chez qui la question peut carrément tourner à la polémique. Certains écrivains ont en effet une opinion très arrêtée sur le sujet et considère les fanfictions comme une véritable menace à leur gagne-pain.

Le 7 avril 2000, Anne Rice, auteur des célèbres Chroniques des vampires, postait tout à coup sur son site un message disant : « I do not allow fan fiction. The characters are copyrighted. It upsets me terribly to even think about fan fiction with my characters. I advise my readers to write your own original stories with your own characters. It is absolutely essential that you respect my wishes. » (« Je n’autorise pas les fanfictions. Les personnages sont sous copyright. Cela me trouble terriblement de seulement penser à l’existence de fanfictions utilisant mes personnages. Je conseille à mes lecteurs d’écrire leurs propres histoires originales avec leurs propres personnages. Il est absolument essentiel que vous respectiez mes souhaits. »)

Le problème n’est pas vraiment qu’Anne Rice ait pris cette décision ; c’était après tout son droit. Ce n’est pas non plus que cette annonce constituait un abrupt changement d’avis puisque Mme Rice connaissait l’existence des fanfictions bien avant ce jour et choisissait jusque-là de les ignorer. Non, le vrai problème, c’est qu’il semble que cette décision ait été suivie de multiples attaques contre des auteurs de fanfictions sur ses livres : emails de menace, attaques contre des commerces qu’ils possédaient, harcèlement par courrier… Attention, on ne rigole plus avec les petits plaisirs des fans !

L’auteur a depuis déclaré en 2012 : « I got upset about 20 years ago because I thought it would block me. However, it’s been very easy to avoid reading any, so live and let live. If I were a young writer, I’d want to own my own ideas. But maybe fan fiction is a transitional phase: whaveter gets you there, gets you there. » (« Je me suis mise en colère il y a 20 ans car je pensais que cela bloquerait mon inspiration. Cependant, il s’est avéré très facile d’éviter d’en lire aucune, je ne m’en soucie donc plus. Si j’étais un jeune auteur, je voudrais posséder mes propres idées. Mais peut-être que la fanfiction est une phase transitoire : si cela vous amène là où vous voulez aller, tous les moyens sont bons pour progresser. ») Mieux vaut tard que jamais…

Anne Rice n’est pas la seule à avoir réagi avec virulence contre la créativité de ses fans. Tant qu’on parle d’auteurs connus, Robin Hobb a écrit il y a quelques années un essai vilipendant les fanfictions. Le texte, depuis retiré de son site, disait entre autres : qu’il s’agit de vol d’identité ; que le fan pense « l’auteur a vraiment raté l’histoire, je vais la réparer » ; que la fanfiction est à l’écriture ce qu’une préparation toute faite est à la cuisine cinq étoiles ; et que « When I write, I want to tell my story directly to you. I want you to read it exactly as I wrote it. » (« Quand j’écris, je veux vous raconter mon histoire directement. Je veux que vous la lisiez exactement comme je l’ai écrite. »)

Je vous laisse juge de ce que ces arguments vous inspirent. Précisons quand même que je ne connais aucun fan qui aurait la stupidité de se faire passer pour l’auteur original ; qu’on a tous le droit de ne pas aimer quelque chose dans notre livre favori (et il se trouve que je fais partie des gens qui ont détesté la fin du Cycle de l’Assassin royal) ; que les gâteaux tout prêts, c’est quand même bien pratique quand on n’a pas envie de cuisiner ; qu’il existe des tas de choses qui risquent de modifier la perception qu’un lecteur a d’un livre et qui ne semblent poser aucun problème à Robin Hobb, comme, au hasard, la traduction (et pourtant, en France, Pygmalion ne s’est pas gêné pour massacrer sa série phare en découpant les 6 livres de départ en 13 ; bonjour la société mercantile).

Ceci étant dit, je dresserais un portrait complètement subjectif de la problématique si, au-delà de la chasse aux sorcières et des raisonnements fallacieux, je ne parlais pas de l’argument qui revient peut-être le plus souvent dans la bouche des auteurs anglophones anti-fanfiction. Le cas de Marion Zimmer Bradley est en effet si célèbre dans le milieu qu’il s’est élevé au rang de vraie légende urbaine.

Marion Zimmer Bradley connaissait le phénomène des fanfictions et l’encourageait même activement sur ses romans. Elle communiquait beaucoup avec ses lecteurs et se tenait très au courant de tous les fanzines existant sur ses univers (on était alors bien avant l’avènement de sites Internet comme FanFiction.Net). Elle allait jusqu’à offrir l’opportunité à certains de ses fans d’être publiés dans des anthologies dérivées de ses séries.

Il lui arrivait aussi parfois, lorsqu’une fanfiction ou un concept qui y était développé l’intéressait particulièrement, de contacter l’auteur pour lui proposer de racheter l’idée. Malheureusement, l’un de ces arrangements a mal tourné et s’est terminé par un conflit juridique. Les détails de l’affaire restent très flous et chacun tend à raconter l’histoire comme cela l’arrange.

Mais peu importe qui était en tort là-dedans, de l’auteur ou de la fan. Le résultat final est que Marion Zimmer Bradley a dû renoncer au roman sur lequel elle planchait alors (certains disent qu’elle n’en était qu’au stade des notes préliminaires, d’autres que l’aventure lui a coûté quatre ans de travail acharné…) et mettre un point d’arrêt définitif à son implication dans les fanfictions écrites par ses fans. Son raisonnement et celui de son entourage était que si elle admettait avoir lu telle fanfiction, alors le créateur pouvait l’attaquer en justice dès lors qu’il trouvait un point commun entre son histoire et l’un des romans suivants de Zimmer Bradley, en affirmant qu’elle avait « volé son idée ».

Depuis cette affaire, bon nombre d’auteurs ont adopté ce point de vue. Pour éviter des complications juridiques, ils nient mettre le nez dans les textes de leurs fans. C’est même le cas de ceux qui encouragent ouvertement le phénomène et se disent flattés qu’on écrive sur leurs univers. Quant à savoir s’ils ont raison de se méfier ainsi…

Une chose est sûre, le monde littéraire n’a pas fini de se déchirer sur la question des fanfictions.

 [Pour approfondir :
Les actions d’Anne Rice en 2000 (en anglais) : http://www.angelfire.com/rant/croatoan
La page de Fanlore sur Anne Rice (en anglais) : http://fanlore.org/wiki/Anne_Rice
Ce que Robin Hobb avait à dire sur les fanfictions (en anglais) : http://fanlore.org/wiki/The_Fan_Fiction_Rant
La controverse Marion Zimmer Bradley (en anglais) : http://fanlore.org/wiki/Marion_Zimmer_Bradley_Fanfiction_Controversy
Une liste d’opinions de nombreux auteurs sur les fanfictions (en anglais) : http://fanlore.org/wiki/Professional_Author_Fanfic_Policies ]

P.S. : Comme il s’agit de mon dernier billet avant la fin de l’année, je vous souhaite à tous un joyeux réveillon ! On se retrouve en 2014 ! (Et pour rappel, si le blog vous intéresse je vous invite à le suivre en cliquant en haut à droite de la page. Eh oui, j’ai fini par trouver comment rendre ça plus visible !)

8 commentaires


  1. Alors là, tu m’as appris tellement de choses ! Non mais moi, j’avais toujours vécu la fanfiction de l’autre côté du miroir, je ne m’étais même pas posé la question ! Dooonc, on peut les encourager tout en prétendant qu’on ne les lit pas même si on les lit quand même histoire de pas avoir un procès aux fesses si ça tourne mal ? Pfiouuuuu ! N’empêche, je trouve ça abusif d’aller en justice pour une « idée » : je veux dire, comment définir une idée originale d’une autre en matière de littérature ? Tout ceci prête à réflexion… Merci pour cet article encore très intéressant et bonne année si je ne te « revois » pas d’ici 2014 !

    Répondre

    1. C’est bien vrai, je pense que ce type d’action en justice a très peu de chance d’aboutir. Un plagiat de texte, c’est une chose, mais une idée… Enfin, ça suffit de toute évidence à échauder plus d’un auteur.
      Je suis toujours ravie que tu trouves mes articles si instructifs ! Bonne année à toi !

      Répondre

  2. Bonne année Drago! Désolée d’être en retard, j’aurais dû anticiper… Mais bon, il paraît qu’on peut la souhaiter jusqu’à fin janvier… *piètre excuse*

    Par rapport à ton dernier lien: je trouve amusant que la même citation d’Ursula Leguin soit placée dans les deux catégories (auteurs favorables et auteurs hostiles aux fanfictions). Au vu du contenu, je suppose que ça peut se comprendre: en deux mots comme en cent, elle est contre la publication des fanfictions (sur internet ou ailleurs), mais pas contre le fait d’en écrire.

    La controverse Marion Zimmer Bradley m’attriste; je ne connais pas les détails, mais à mon avis c’est là que le fameux « disclaimer » prend toute son importance: même entre eux, les fanficers citent systématiquement les auteurs dont ils empruntent les idées et personnages comme auteurs légitimes de ces derniers, et rappellent qu’ils ne font que s’en inspirer. Quand un fanficer (ou un auteur de fanart ou de fancomic, d’ailleurs) néglige de le faire, les autres le rappellent à l’ordre.

    A défaut de donner un pourcentage aux auteurs (difficile dans la mesure où une fanfiction ne rapporte pas d’argent), les fanficers leur font de la publicité. Ce qui, à mon humble avis, est une forme de financement. Il y a des tas de séries, de livres et de jeux vidéos que j’ai découverts par les fanfictions ou en fréquentant des fanficers, et que je n’aurais jamais achetés sans cela. Je pourrais utiliser le même argument pour les AMVs et autres montages vidéos postés sur internet, auxquels les autorités youtube ne cessent de donner la chasse.

    D’ailleurs, d’après ce que je lis dans la section « auteurs hostiles aux fanfictions », certains finissent par comprendre où est leur intérêt. Pour ne citer que lui, Orson Scott Card, celui-là même qui disait des fanfictions: « (Fanfiction) is (…) a poor substitute for the writers’ inventing their own characters and situations. It does not help them as writers; it can easily harm me; and those who care about my stories and characters know that what I write is « real » and has authority, and what fans write is not and does not. So it’s all pointless. » (« (La fanfiction) n’est qu’un piètre substitut à l’auteur inventant ses propres personnages et situations. Elle ne les aide pas en tant qu’auteurs; elle peut facilement me causer du tort; et ceux qui aiment mes histoires et personnages savent que ce que j’écris est « réel » et légitime, ce qui n’est pas le cas de ce qu’écrivent les fans. Tout ça ne rime donc à rien. »), a fini par organiser un concours de fanfictions en 2012 sur son propre site dans l’idée de créer une anthologie officielle de sa série de romans « Ender’s Game ».

    Je ne sais pas si la publicité peut être un dédommagement acceptable pour la fanfiction, qui d’un point de vue légal reste une infraction aux droits d’auteurs. Mais comme beaucoup l’ont souligné, la loi est très floue en ce qui concerne internet, et comme je le disais à la fin de mon commentaire sur ton précédent post sur les fanfictions ( http://dragonaplumes.wordpress.com/2013/12/18/letrange-monde-cache-de-la-fanfiction/ ), je pense qu’il faudrait repenser tout ça.

    Après tout je ne blâme pas les auteurs de trembler pour leurs copyrights, l’écriture étant un gagne-pain très incertain. Mais en y réfléchissant, se priver de la publicité additionnelle (et gratuite!) des fanfictions pourrait revenir à se tirer une balle dans le pied.

    Répondre

    1. Je pense que la publicité générée par la fanfiction (et je suis absolument d’accord qu’elle est loin d’être négligeable) est un dédommagement plus qu’acceptable, dans la mesure où les fanfics génèrent un revenu indirect sans jamais priver les auteurs du moindre denier. Je comprends que la fragilité de leur économie mettent les écrivains sur la défensive ; il y a de quoi. Mais en l’occurrence, leur peur des fanfictions est, à mon sens, injustifiée et née de leur manque de compréhension du phénomène – ou d’un sentiment de possessivité aiguë envers leurs œuvres, qui est pour moi, là encore, compréhensible mais un peu idiot. Je ferai sûrement un autre article un de ces jours pour développer mon point de vue là-dessus.

      Quant à la remarque d’Orson Scott Card, elle me fait rire jaune. « Pointless », ha. Combien de personnes ont dû lui dire, au début de sa carrière, qu’écrire ne lui servirait jamais à rien ? Ce genre de discours dans la bouche d’un auteur, ça me blase.

      Bref, bonne année à toi ! Et ne t’inquiète pas, je suis la première à adhérer à la limite de fin janvier. 8)

      Répondre

  3. J’ai toujours vu les fanfictions comme un moyens pour les fans d’assouvir leurs fantasmes et non comme des corrections ou des critiques indirectes envers l’oeuvre originale. Au contraire, si j’étais un auteur professionnel, je serais ravie de susciter autant d’imagination de la part des lecteurs. En plus, il y a énormément de fanfic qui se détachent des oeuvres dont elles sont tirées et je pense que c’est un bon moyen pour les auteurs en herbe de faciliter l’écriture en conservant un personnage auquel ils se sont attachés, qui leur parait familier. Pour certains aussi je suis sûre que c’est un paravent contre l’angoisse de trop se dévoiler et d’être jugé sur un personnage sorti vraiment de leur imagination. A mes yeux, la fanfiction est un processus de mise en confiance avant d’acquérir une totale originalité et quand je vois certaines fics, je me dis que certains n’en sont pas loin, car certains personnages n’ont plus que les noms en guise de paravent. Avec un simple changement de nom, ce pourrait devenir des oeuvres originales !

    Répondre

    1. PS: Une très bonne année à toi aussi et merci pour cet article !

      Répondre

      1. C’est vrai que beaucoup de gens les utilisent comme première marche dans le domaine de l’écriture. Là où ça devient dommage, c’est justement dans les histoires que tu décris : quand on se retrouve figé dans un espèce d’entre-deux où le texte n’est plus ni de la fanfiction, ni une fiction originale. A ce moment-là, mieux vaut que l’auteur franchisse le pas une bonne fois pour toutes, parce qu’essayer d’appeler encore ça de la fanfiction tient de la publicité mensongère… A mes yeux, les fanfics ne sont pas *seulement* là pour nous donner confiance avant de passer à autre chose, elles sont aussi un très beau terrain de jeu en elles-mêmes. Ce serait dommage de l’oublier et de les enterrer sous les histoires qui n’ont qu’un rapport marginal.

        Bienvenue sur mon blog, en tout cas, et merci pour ton avis ! 🙂

        Répondre

Laisser un commentaire ?