Les Éditions du Net, moins de souci du profit mais plus de brouillard

Il y a deux semaines, je vous livrais mon analyse d’Edilivre, maison d’édition « alternative » se vantant de mettre la publication à portée de main de tout auteur, et gratuitement s’il vous plaît. J’en concluais que leur système n’était pas nécessairement mauvais (du moins à l’heure actuelle), pourvu qu’on soit prudent et qu’on sache à quoi on s’engage en signant chez eux.

Aujourd’hui, je voudrais braquer le projecteur sur une autre marque opérant sur le même marché, parce que rien n’éclaire mieux le consommateur que de faire un peu jouer la concurrence. Sortons donc la loupe pour examiner les Editions du Net !

Premier constat : le site a beau être esthétique au premier abord, il pèche énormément sur la disponibilité et la clarté des informations. Celles-ci sont dispersées sur des pages quasiment vides à l’accès très peu intuitif. Besoin d’aide ? Inutile de chercher une FAQ ou un forum, il n’y en a pas. On vous conseillera plutôt de prendre votre téléphone et d’appeler un de leurs conseillers.

On est loin de la navigation claire d’Edilivre avec son menu organisé en catégories bien pensées et disponible partout sur le site. D’un autre côté, il semble qu’Edilivre ait justement repensé son site récemment et que la précédente mouture laissait beaucoup à désirer. On peut espérer que cela forcera ses concurrents à adopter les mêmes mesures.

Ceci mis à part, il semble (je dis bien semble, faute d’une présentation exhaustive des informations) que les Editions du Net ne présentent, elles, aucun service supplémentaire payant. Exit donc le « pack E-book », le livre est diffusé de base en versions papier, PDF et ePub, et disponible chez Amazon, Fnac.com, Chapitre.com ainsi que le réseau de librairies de Dilicom. Quant à la création de la couverture, je suis dans l’ignorance la plus totale. Est-ce offert par la maison, ou bien l’auteur doit-il s’en charger ?… Mystère.

Les droits d’auteur sont… presque corrects.

  • Sur les ventes papier : 40 % pour les ventes directes, 10 % pour les ventes par un libraire
  • Sur les ventes numériques : 70 % pour les ventes directes, 10 % pour les ventes par un libraire

40 % de droits d’auteur sur une impression à la demande me semble être un très bon chiffre, je n’ai rien à redire là-dessus. En revanche, je ne digère toujours pas ce 10 % pour les livres numériques vendus par un de leurs partenaires.

D’un autre côté, les Editions du Net se font pardonner par des prix à la vente bien plus raisonnables que ceux d’Edilivre. Un livre de 350 pages choisi au hasard revient ainsi à 19 € en exemplaire papier et 13,30 € en numérique. Les livres numériques restent déraisonnablement chers (aurait-on pu s’attendre à autre chose…) mais il y a tout de même un net progrès. De quoi espérer un volume de vente plus conséquent.

En résumé, les Editions du Net me semble être un sérieux concurrent à Edilivre, avec des droits d’auteur un peu plus avantageux et des prix bien plus intéressants. Je ressens moins chez eux une impression de souci du profit, voire même carrément d’exploitation de l’auteur. En revanche, ils souffrent d’un manque de publicité (Edilivre menant un campagne de marketing très agressive, notamment dans les concours de nouvelles) et surtout d’un gros manque de transparence qui m’empêche de leur faire complètement confiance. Une refonte de leur site me paraît nécessaire et même urgente.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner au blog ou à la newsletter dans la colonne de droite. 🙂

À lire aussi : Erratum

32 commentaires


  1. Je connais quelqu’un qui publie chez eux, faut savoir qu’il n’a aucun talent, bon ça après c’est pas vraiment le problème, en revanche ils acceptent d’éditer des livres avec des fautes à chaque page ! Donc je crois vraiment qu’ils s’embêtent pas à lire et qu’ils acceptent car les pertes sont minimes si ça se vend pas…

    Répondre

  2. Bonsoir,
    Je vois que c’est un sujet intéressante le fait que je ne viens que de trouver l’existence des EDN.
    Ce qui me dérange c’est le fait de payer pour une correction ou se retirer. pourquoi ne pas s’unir et créer une maison d’édition en choisissant un imprimeur français avec un format unique, un correcteur( rice) et faire le nécessaire pour les référencement…
    Et c’est le cas pour mon ouvrage présent chez les libraires et je n’ai pas eu à passer par un éditeur sur le net ni un éditeur à compte d’auteur.

    Répondre

  3. Bonjour.

    Je suis aux Éditions du Net pour mon premier livre. Les seuls livres qui ont été vendus l’ont été par moi-même dans les salons. Cependant à ce jour je n’ai pas trouvé mieux.
    La formule de l’auto-édition comme celle à compte d’auteur est déconseillée dès lors que l’on veut participer à un salon.

    Répondre

  4. jordan goulet : la vie erasmus vue de l’interieur : dommage qu’il y ai tant de fautes ( conjugaison accord tournure de phrases …….) ?????

    Répondre

  5. Juste un petit mot pour vous mettre en garde contre http://www.leseditionsdunet.com qui vous facture des frais de mise en page puis vous paie vos droits d’auteur la première année puis plus rien du tout : non seulement vous voyez que vous vendez des livres et combien vous devriez toucher (comble de la cruauté il vous envoie une feuille à fournir aux impôts), vous ne touchez donc pas cet argent et en plus ils ne vous répondent jamais quand vous voulez retirer votre livre de leur catalogue…
    Ces gens-là sont des escrocs !

    Répondre

  6. pour l’E-pub, ils demandent une participation de 85 euros.( si j’ai j’ai bien lu!)
    autrement, je cherche, comme j’imagine pas mal de monde sur ce blog, à me faire éditer… je suis donc gourmand de conseil(s)
    merci bonne continuation à tous

    Répondre

  7. Bonjour,
    infos sur Les Editions du Net
    Je suis aux éditions du net et impossible d’obtenir ses droits d’auteurs tant qu’ils n’ont pas atteint 100 euros…Cela représente une petite centaine de bouquins vendus par les filières externes aux éditions du net, il faut que le lecteur commande le livre dans une librairie ou sur le net ou chez eux directement, en sachant que peu de lecteurs commandent des premiers romans d’inconnus. LEN conserve donc les droits d’auteurs en dessous de cette somme qui doit être la majorité des auteurs…L’auteur doit tout faire en aval (corrections, 4ème de couverture, couverture, promotion…) de son livre. LEN se charge du référencement sites net AMAZON, FNAC, Chapitre.com, et Dilicom pour les libraires indépendants, de l’ISBN et l’envoi à la BNF, là, c’est bien…
    Je suis d’accord avec le vide sidéral de leurs pages. Pour un bonne présentation de votre livre et si vous avez besoin de le corriger, vous pouvez le faire vous-même et à vos frais, chez vous, vous leur renvoyez le fichier corrigé et ils demandent 85 euros pour remettre simplement votre livre en ligne avec les corrections fournies. Vous pouvez rompre leur contrat en adressant un recommandé 6 mois avant la fin de ce même contrat qui vous engage 2 voire 3 ans avec eux… Il est très rare qu’un lecteur commande votre livre directement chez eux, ils ne prennent que peu de risques de vous verser 40%du prix hors taxes du livre, les commandes qui ont été générées par mon premier roman furent par les libraires indépendants, ce qui produit 10% du hors taxes du prix du bouquin, en ce qui me concerne, 1,61 € !
    J’avais été sélectionnée pour aller à la journée des manuscrits francophones à l’Unesco à Paris en 2015. J’y suis allée et deux exemplaires de mon roman m’ont été remis gratuitement. Je ne dirai rien de la soirée.
    Quand vous achetez votre propre livre, ils vous le vendent 30% moins cher qu’au public ! Donc vous payez au prix fort votre travail, ils devraient faire un effort de ce côté là. Ils sont là pour gagner de l’argent et faire perdurer leur entreprise qui ne me convient pas dans sa politique, et cela en dehors de toute amertume quant à mon premier roman qui demande à être revu même s’il a été lu et apprécié par certains lecteurs.
    Pour mes prochains livres, je ne les choisirai pas, je manquais d’expérience et comme la plupart de ceux qui écrivent un premier roman, j’étais pressée de tenir l’édition papier entre mes mains. Ils étaient gratuits et c’est ce qui m’a attirée.
    Un conseil, si vous auto-éditez, ne vous précipitez jamais et préparez la promotion de votre livre avant la fin de son écriture. Merci de votre patience pour cette lecture.
    Christine BB

    Répondre

    1. Merci pour ce rappel… je réfléchissais à ôter mon recueil de nouvelles de leur catalogue depuis quelques temps… je vais regarder si je peux le faire sans frais. Ce qui serait un comble !

      Répondre

Laisser un commentaire ?