Real Person Fiction : le côté obscur des fanfictions

Aujourd’hui, je voudrais à nouveau parler « culture Internet » en m’attardant sur le phénomène des RPF.

Une RPF, pour Real Person Fiction, est une fanfiction écrite non pas sur des personnages fictionnels, mais sur des célébrités : acteurs, musiciens, sportifs… Tous ces gens qu’on est susceptible de voir à la télé ou auxquels on pourrait demander des autographes. Oui oui, des gens aussi réels que vous et moi, donc. Sauf que leurs fans font d’eux les héros d’histoires inventées de toutes pièces.

C’est vrai, après tout, les admirateurs de stars sont souvent encore plus démonstratifs que les fans de livres ou de séries. Il suffit de s’attarder sur les guerres rangées entre supporters d’équipes de foot ou sur les débordements d’hystérie collective qui ont suivi un certain Robert Pattinson pendant toute l’adaptation de la saga Twilight au cinéma pour s’en rendre compte. On ne peut pas non plus leur reprocher de manquer de créativité. Alors pourquoi ne s’exprimeraient-ils pas aussi par le biais de la fiction ?

La réponse est donc qu’ils ne se gênent pas. Les RPF sont presque aussi diverses que leurs cousines littéraires, depuis les histoires « tranches de vie » jusqu’aux univers alternatifs, en passant par la romance et, bien sûr (parce que c’est de l’Internet décomplexé qu’on parle), l’érotisme.

Je vais annoncer la couleur tout de suite. Bien que je sois une fervente partisane de l’existence des fanfictions classiques, les RPF, il n’y a pas à tortiller : je suis contre.

En tant qu’auteur de fanfictions, je pense que je suis bien placée pour comprendre l’enthousiasme et l’inspiration débordants qui poussent quelqu’un à coucher sur le papier une histoire sur ses personnages préférés. Cette adoration qu’on ressent pour nos chouchous, il faut bien qu’on la fasse passer quelque part. Là où le bât blesse, c’est quand le fan émerveillé, confondu par la distance apparemment infranchissable qui le sépare de son idole, cesse de la considérer comme une personne.

Car enfin, mettons-nous un peu à la place des célébrités qui se retrouvent dans ces situations : non contents d’être régulièrement confrontés aux papparazzis et autres formes de journalisme invasif, voilà qu’on se met à fantasmer en public sur leur vie privée. Je ne sais pas pour vous, mais la perspective qu’on s’imagine ma vie de couple ou qu’on me décrive en plein acte sexuel avec ma/mon meilleur(e) ami(e) ou l’un(e) de mes collègues, ça me donne plutôt la nausée ! Et ce, que les auteurs en question prennent la peine ou non de signaler qu’il s’agit d’une œuvre de fiction. La liberté de création et d’expression, c’est bien beau, mais il arrive un stade où tous les disclaimers du monde ne changeront rien aux relents d’attaque personnelle que ressentiront nombre de personnes visées.

Il faut ajouter à cela le fait que les RPF souffrent souvent, comme n’importe quelles fanfictions, du travers connu sous le nom d’OOC : Out Of Character, qu’on peut traduire par « non fidèle à la personnalité ». À moins d’avoir côtoyé la star en question chaque jour, il est en effet bien difficile de retranscrire fidèlement son caractère et les réactions qu’elles pourraient avoir. On lui crée alors une personnalité plus ou moins cohérente à partir d’informations glanées dans des interviews, ou dans le cas d’un acteur, en lui attribuant certains traits et tempéraments des rôles qu’il a joués.

Je pose donc la question : s’il faut en arriver là, ne vaut-il pas mieux créer un personnage vraiment fictionnel inspiré de l’idole adorée plutôt que de s’arroger son identité et sa vie au nom de la créativité ?

Je pense que les fans, s’ils respectent véritablement leurs stars, devraient avoir à cœur de les soutenir sans leur gâcher l’existence. Comment prétendre autrement les aimer ? Déjà, à chaque fois que quelqu’un achète un magazine à scandale, il encourage les paparazzis à se montrer de plus en plus envahissants, tout simplement parce que leur métier rapporte. Pourquoi en rajouter ?

Pour moi, les RPF illustrent la limite que les fanfictions ne devraient pas dépasser. Et vous, quelle est votre opinion sur le phénomène ?

16 réflexions sur “ Real Person Fiction : le côté obscur des fanfictions ”

  1. Argumenté comme ça, je trouve que c’est très sensé.
    Honnêtement, je ne savais même pas que le RPF existait, encore moins qu’on pouvait raconter des histoires, des fanfictions comme ça. En tous cas, quand on se met du côté de la célébrité, la chose paraît carrément glauque et même écoeurante.
    Merci d’avoir parler de ça, Drago.
    Biz Vef’

    1. Je ne sais pas si je dois me sentir fière de t’avoir instruite sur le sujet (comme sujet de conversation à l’heure des repas, on fait mieux !), mais tant mieux si tu as trouvé ça intéressant. 🙂

  2. Salut, y’avait longtemps!

    Ouille, je vais encore me faire l’avocat du diable… Je vais commencer par souligner que, même si je connaissais leur existence, les RPF n’ont jamais présenté le moindre attrait pour moi, en grande partie parce que je n’ai jamais été fan d’une personne existant réellement au point de me préoccuper de sa vie privée, mais surtout parce que je confonds rarement oeuvre et auteur (à tort ou à raison).

    D’un autre côté, comme tu l’as signalé dans un précédent post, certains romanciers se sentent déjà écoeurés par le fait qu’on « dénature » leurs personnages fictifs dans la fanfiction sans leur demander leur avis. Ma première objection à cela, c’est: une fois publiée, une oeuvre est livrée au public, libre d’être interprétée comme chacun veut, et elle fera son bonhomme de chemin au fil des critiques. En outre, ça fait de la pub gratis.

    Du coup, pour les RPF, la question se pose aussi. Quand on est une star, le métier veut qu’on vende au public une certaine image de soi. Cela peut conduire à toutes sortes de travers (exploitations par les médias, vie privée étalée dans la presse, scandales, etc), mais tout nouvel arrivant tentant ce type de carrière sait à quoi il ou elle s’expose. A eux de voir s’ils peuvent faire la part des choses entre cette image et la réalité.

    Et justement, les RPF ne véhiculent qu’une image fantasmée, complètement déconnectée de la réalité. Ca ne me choque pas beaucoup plus qu’une adolescente qui épingle un poster au-dessus de son lit et l’embrasse tous les soirs, et beaucoup moins que les courriers de haine que reçoivent les stars au moindre scandale. Il y a une différence entre laisser libre cours à ses fantasmes (même si les étaler en public peut sembler un peu limite) et aller pourrir la vie de quelqu’un parce que cette personne ne cadre plus avec l’idée qu’on s’était fait d’elle.

    D’ailleurs, il semble qu’il y en ait que les RPF font plutôt rire. Je suis restée assez longtemps sur le fandom d' »X-men: First Class » pour apprendre que non seulement James McAvoy encourageait l’interprétation du film comme une idylle entre son personnage et celui de Michael Fassbender, mais qu’en plus il s’amusait à encourager ceux et celles qui les casaient ensemble en tant qu’acteurs (sachant qu’il est marié). Il a même inventé ses propres noms de « ship »! (Merci aux tvTropes: http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/ActorShipping)

    Alors moi je dis, tant que ça ne dérange pas les premiers intéressés… C’est comme les fanfictions, s’il y en a que ça rebute, que les fans retiennent leurs ardeurs. Sinon, qu’ils s’amusent puis passent à autre chose.

    1. Oui, pareil. J’ai été moi aussi énormément dérangée par les RPF, jusqu’à ce que je voie des acteurs riant et faisant des clins d’oeil à leurs fans à ce sujet (les deux acteurs des films « Sherlock Holmes », si je ne me trompe). Donc bon, voir des êtres vivants, réels, être mis en scène dans des scènes de sexe ridicules me fait toujours grincer des dents, mais si ça ne les dérange pas et, mieux, les amuse, je ne vois effectivement pas où est le problème (et plus c’est ridicule, plus la distance est peut-être justement forte).

      Et puis deuxième cas auquel m’avait fait penser une auteure de fanfictions il y a un moment : les personnages morts depuis un moment : Louis XVI, Tesla… Où est la limite entre le fait d’écrire sur des personnages historiques et la RPF ? Donc il y a aussi cet autre versant, que l’on peut considérer comme étant de la RPF, et qui par contre ne me dérange pas.

      1. Tant qu’il s’agit de gens qui peuvent en rire, d’accord, mais je ne pense pas que ce soit le cas de tout le monde… Je vais continuer à grincer des dents en cœur avec toi !

        Pour ce qui est des personnages historiques, j’y pensais aussi en rédigeant l’article, et je pars du principe que tant que ni la personne, ni quiconque l’ayant côtoyée et aimée de son vivant n’est plus en état de s’en offusquer, ce n’est en effet pas dérangeant pour moi non plus. Si ça ne blesse ni le sujet, ni sa famille ou ses amis, après tout…

    2. J’ai beau partager tout à fait ton avis sur les fanfictions et le fait que les œuvres dont elles originent soient *livrées* au public, pour moi il y a une frontière très nette entre les personnages fictifs, qui ne risquent pas de se vexer de grand-chose (malgré les fanfictions très méta qui mettent en scène des personnages découvrant des fanfictions sur eux-mêmes XD), et des gens de chair et de sang. D’autant que si les acteurs et les chanteurs célèbres sont en effet peut-être habitués à ce qu’on raconte tout et n’importe quoi à leur sujet, je ne pense pas que les athlètes de haut niveau s’attendent à ce que les RPF fassent partie des contraintes de leur métier !

      Alors certes, il y en a qui le prennent bien, voire très bien. Il n’en reste que pour moi, ça demeure quelque chose d’éthiquement contestable – plus, en fait, qu’une lettre de haine. Je suis d’accord que le courrier poubelle, c’est complètement idiot et ça peut blesser le destinataire. Mais ça se brûle, aussi (très cathartique, j’imagine !). A l’opposé, je place les paparazzis et les RPF, qui sont des choses dont ils auront beaucoup plus de mal à contrôler la diffusion, et qui touchent directement à leur vie privée.

      Tout est question de point de vue, j’imagine.

  3. Je ne connaissais pas le phénomène et, puisque je n’ai pu analyser la chose, je me garderai de tout jugement. Cependant, j’ai un peu de mal à comprendre le pourquoi de ces « fictions ». Peut-être parce que je n’ai jamais été fanatique de l’une ou l’autre célébrité, appréciant certains acteurs mais me souciant fort peu de leur vie privée.
    Le commentaire de herisson me paraît sensé : tant que les concernés n’y voient pas d’inconvénients…. pourquoi pas ?

    1. Moi non plus Olivia, je n’ai jamais été « fan » de quelque star que ce soit. Je ne peux qu’observer le phénomène de l’extérieur… Je te répondrai la même chose qu’à hérisson : que cette histoire me dérange d’un point de vue éthique. Mais après tout, l’éthique est une notion très subjective.

        1. C’est vrai, il y a la notion de distance créée par le fait que ce soit complètement fictif. J’imagine que c’est en gardant ça en tête que certains s’en accommodent très bien, après tout.

  4. Ma foi, je n’y vois pas un problème. Comme pour les fanfics plus habituelles, ce n’est pas comme si c’était diffusé massivement. L’auteur écrit son fantasme dans son coin et le fait lire à un petit cercle sans que ça aille plus loin. Si ça peut les rendre heureux, pourquoi pas.

    1. De nos jours, les fanfictions sont disponibles en ligne, à portée de clic de tout un chacun. Après, il est vrai qu’il est quand même très facile d’ignorer l’existence des RPF tant qu’on ne va pas spécifiquement les chercher. Je me fais peut-être toute une montagne de pas grand-chose !

      1. Je sais que si j’étais une star, je m’en foutrais pas mal et trouverais ça même plutôt amusant. Quant à celles à qui ça ne plaît pas, je ne doute pas qu’elles disposent de larges moyens pour se faire entendre afin que l’on respecte leur volonté 😉

  5. Je suis assez partagée sur le sujet, mais pour être honnête, je n’arrive pas vraiment à voir l’intérêt de la chose. Pourtant, c’est vrai que ce n’est pas si éloigné de la fanfic et du fait de jouer avec des personnages, mais ça me dépasse quand même parce qu’effectivement, comment prêter des réactions à des personnes qui bien que public n’en reste pas moins des inconnues? Bon après, je suis plus « choquée » par ce que certaines célébrités peuvent poster sur leur facebook, ou leur twitter ou leur instagram que par du RPF.

    1. Toi non plus, tu ne vois pas, hein ? Comme je le disais dans l’article, je comprendrais bien plus la logique de créer un personnage original qui s’inspire de la célébrité adorée… Mais bon, d’autres en diront autant des fanfictions, j’imagine…

Laisser un commentaire ?